Faits sur Joe Biden

yant grandi à Scranton

Il a surmonté son bégaiement d’enfance

Ayant grandi à Scranton, en Pennsylvanie, Joe Biden a déclaré avoir enduré des railleries impitoyables en raison de son bégaiement «débilitant» d’enfance. « Je ne me souviens de rien qui m’ait privé de ma dignité aussi rapidement, aussi profondément et aussi profondément que lorsque je bégayais à l’école primaire », a-t-il déclaré dans un discours prononcé en 2008 à l’American Institute on Stuttering.Comme il l’a écrit dans ses mémoires de 2008, une enseignante qui était également religieuse s’est même moquée de lui, l’appelant «M. Buh-buh-buh-Biden», le poussant un jour à quitter la classe. Sa mère, Catherine Finnegan Biden, a ensuite confronté l’enseignant en disant à la femme: «Si jamais tu parles à nouveau à mon fils de cette façon, je reviendrai et je t’arracherai ce bonnet de la tête.»

Biden a expliqué qu’il avait surmonté son bégaiement en lisant et en récitant de la poésie irlandaise, notamment les œuvres de William Butler Yeats, devant un miroir pour suivre et contrôler les distorsions de son visage. À ce jour, il peut encore réciter de mémoire de longs passages de poésie irlandaise.Ce passage met en lumière la lutte personnelle de Biden contre un trouble d’élocution débilitant lorsqu’il était enfant, ainsi que les conséquences émotionnelles que cela a eues sur son sentiment de dignité et d’estime de soi. Il met également en valeur le caractère protecteur et militant farouche de sa mère, ainsi que la détermination de Biden à surmonter ce défi grâce à une pratique dévouée et à son amour de la poésie. L’accent est mis sur l’humanité et la résilience de Biden face à l’adversité.

C’était une star du football au lycée

En 1960, en tant que senior à l’Archemere Academy du Delaware, Biden a joué au poste de receveur large et de demi-arrière, devenant ainsi le meilleur buteur de son équipe de football de lycée privé catholique, invaincue. « C’était le gars qui attrapait les grosses passes », rappelait son coéquipier Michael Fay au New York Times en novembre 2020. « En 1960, nous étions des hommes, donc lancer le ballon était presque un péché mortel. Mais il en a attrapé sept ou huit. » passes de touché en huit matchs, ce qui était beaucoup pour l’époque. »En 2008, l’ancien entraîneur de Biden, E. John Walsh, l’a décrit comme dégingandé, « mais il était l’un des meilleurs receveurs de passes que j’ai eu en 16 ans d’entraînement ».

Ce passage met en évidence les prouesses athlétiques et le talent de Biden en tant que joueur de football dans sa jeunesse, mettant en valeur son physique, ses compétences et sa compétitivité.Mais au-delà de ses réalisations sportives, le passage capture également la camaraderie et le travail d’équipe de son expérience de football au lycée. Les bons souvenirs de ses anciens coéquipiers et entraîneur injectent un sentiment d’humanité de Biden, le révélant comme un joueur dévoué et travailleur qui a contribué de manière significative au succès de son équipe. Ce portrait humanisant offre une fenêtre sur les années de formation de Biden et sur le développement des qualités et des caractéristiques qui façonneront sa vie et sa carrière ultérieures.

Il a deux chiens

En janvier, les deux bergers allemands du président élu Biden, Champ et Major, le rejoindront, lui et son épouse Jill Biden, à la Maison Blanche. La famille Biden a adopté le plus jeune chiot, Major, de la Delaware Humane Association comme chiot en 2018. L’aîné de 12 ans, nommé par les petits-enfants, a déjà passé beaucoup de temps à la Maison Blanche, accompagnant la famille à Washington. D.C. pendant le mandat de Biden en tant que vice-président sous le président Obama.Champ et Major peuvent également partager leur nouvelle maison avec un compagnon félin. Après que le Dr Jill Biden ait laissé entendre qu’elle « adorerait avoir un chat » si son mari était élu président, Jane Pauley de CBS Sunday Morning a rapporté fin novembre 2020 que des projets d’adoption d’un chat étaient déjà en cours.

Ce passage humanise la famille Biden en soulignant leur affection pour leurs chiens de sauvetage et leur potentiel futur chat. Les détails sur l’histoire de Champ avec la famille et leur adoption du plus jeune Major dans un refuge pour animaux décrivent les Bidens comme des propriétaires d’animaux chaleureux et compatissants. L’anticipation d’ajouter un chat à leur foyer renforce encore cette image de la première famille amoureuse des animaux. Ces touches personnelles offrent une fenêtre attachante et pertinente sur la vie des Bidens au-delà de la sphère politique, rappelant aux lecteurs leur humanité et les liens familiaux qui façonnent leur vie.

C’est un passionné d’automobile

Le père du président élu Biden, Joseph Biden Sr., ancien directeur d’une concession automobile, lui a offert une Corvette Stingray verte de 1967 comme cadeau de mariage, et le futur président conduit toujours ce véhicule chéri. Les propres fils de Biden ont même reconstruit le moteur de la voiture comme cadeau de Noël. « J’adore cette voiture. Juste des souvenirs incroyables », a déclaré Biden dans une vidéo Twitter en août 2020. « Chaque fois que j’y monte, je pense à mon père et à Beau. Bon Dieu, mon père pourrait-il conduire une voiture? »

Selon Politico, Biden reste un «véritable réducteur», s’abonnant aux alertes Car and Driver sur son iPhone.Ce passage humanise Biden en soulignant la signification personnelle de sa Corvette classique. La voiture était un cadeau de mariage de son père, et le fait que ses fils aient travaillé à sa restauration dans le cadre d’un projet familial témoigne des liens émotionnels profonds et des souvenirs partagés liés au véhicule. Les propres mots de Biden soulignent encore davantage la valeur sentimentale de la voiture, car il l’associe à son défunt fils Beau et au souvenir des prouesses de conduite de son père.

Il est catholique pratiquant

Après son investiture, Joe Biden – qui porte le chapelet de son défunt fils Beau dans sa poche et assiste régulièrement à la messe dominicale – deviendra le deuxième président catholique des États-Unis après John F. Kennedy. Lors de son discours de victoire présidentielle de novembre 2020, il a fait référence à l’hymne catholique « Sur les ailes de l’aigle », qui, selon lui, revêt une profonde signification pour sa famille et son défunt fils Beau, décédé d’un cancer du cerveau en 2015. «Il capture la foi qui soutient moi et, je crois, soutient l’Amérique. Et j’espère, je prie, que nous pourrons apporter un peu de réconfort et de réconfort », a-t-il déclaré à la foule avant de réciter les paroles. « Et Il vous élèvera sur des ailes d’aigle, vous portera au souffle de l’aube, vous fera briller comme le soleil et vous tiendra dans la paume de Sa main. »

Ce passage met l’accent sur la foi personnelle et la spiritualité qui guident Biden, le décrivant comme un fervent catholique dont les croyances lui offrent réconfort et force, en particulier face à une perte profonde. Le détail le montrant portant le chapelet de son défunt fils souligne la profondeur de son chagrin et la façon dont sa foi l’a soutenu à travers une tragédie aussi dévastatrice.L’invocation par Biden de l’hymne « Sur les ailes de l’aigle » lors de son discours de victoire renforce encore cette image d’un homme ancré dans ses convictions religieuses, qui, selon lui, peuvent également apporter « réconfort et réconfort » à la nation. Cette représentation humanisante permet aux lecteurs de voir Biden non seulement comme une figure politique, mais aussi comme une personne d’une foi profonde qui s’appuie sur ses croyances spirituelles pour naviguer à la fois dans sa vie personnelle et professionnelle.

Il a prêté serment devant le Sénat américain à l’hôpital.

En décembre 1972, une tragédie a frappé Joe Biden, alors sénateur élu, lorsqu’un accident de voiture dévastateur a coûté la vie à sa première épouse Neilia et à leur fille de 13 mois, Naomi « Amy » Biden. Malgré cette perte inimaginable, Biden, 30 ans, a prêté serment au Sénat américain en janvier 1973, au chevet de ses fils Beau et Hunter, grièvement blessés dans l’accident.Bien que brisé par le chagrin, Biden a d’abord envisagé de démissionner de son nouveau siège au Sénat. Cependant, le chef de la majorité Mike Mansfield l’a finalement persuadé de reconsidérer sa décision et le Sénat a adopté une résolution lui permettant de prêter serment dans un hôpital de son État d’origine, le Delaware.

Même alors, le père célibataire a juré qu’il démissionnerait si ses fonctions au Sénat s’avéraient trop exigeantes, affirmant qu’il se rendrait à Washington en train Amtrak afin de pouvoir passer plus de temps avec ses garçons. «Les garçons, dit-il, sont tout ce qui me reste.»Ce récit profondément personnel dresse un portrait saisissant de Biden au milieu d’un chagrin impensable. Les détails tendres – la prestation de serment près de ses fils blessés, la promesse de démissionner si son travail interférait avec son rôle de père – traduisent avec force son chagrin brut et son engagement inébranlable envers sa famille face à une tragédie aussi dévastatrice.

Il s’est présenté trois fois à la présidence

Biden a jeté son chapeau pour la première fois sur le ring présidentiel en 1987, mais la campagne a finalement sombré dans un scandale cet automne. Alors qu’il se trouvait à la foire de l’État de l’Iowa, Biden a été accusé d’avoir plagié un discours du chef du Parti travailliste britannique, Neil Kinnock, sans attribution appropriée. »Quand j’ai arrêté d’expliquer et que j’y ai réfléchi, la faute m’est entièrement tombée dessus », a écrit Biden dans ses mémoires de 2008 Promises to Keep. « Peut-être que les journalistes qui voyageaient avec moi m’ont vu faire l’éloge de Kinnock encore et encore, mais c’est Joe Biden qui a oublié de mentionner Kinnock lors du débat à la foire d’État. »

La controverse sur le plagiat s’est avérée un coup dévastateur et Biden s’est retiré de la course. Il réessayera en 2008, mais échoue encore une fois, terminant loin cinquième dans les caucus de l’Iowa. C’est le sénateur Obama de l’époque qui a finalement choisi Biden comme candidat à la vice-présidence en août dernier.Il faudra attendre la troisième candidature de Biden à la Maison Blanche, en 2020, pour qu’il accède enfin à la présidence – cette fois en association avec la sénatrice Kamala Harris comme vice-présidente. Leur victoire est intervenue après une campagne âprement disputée, dans un contexte de double crise : la pandémie de COVID-19 et un paysage politique profondément divisé.

Lui et le président Obama déjeunaient chaque semaine

En tant que vice-président sous le président Obama, les deux hommes ont noué des liens personnels étroits, se réunissant régulièrement pour des déjeuners hebdomadaires. Dans le cadre de leur étroite collaboration, Obama a convenu que Biden serait toujours la dernière personne à qui il s’adresserait avant de prendre une décision importante. À son tour, comme le rapporte le New York Times, Biden a promis une loyauté sans faille, disant à un ami: «Vous prenez la décision, et je la suivrai jusqu’à la mort.»Cette profonde source de confiance et de respect était évidente dans les derniers jours de la présidence Obama. Dans son discours d’adieu, le président sortant a qualifié son choix de Biden comme colistier de « meilleure décision que j’ai jamais prise » et lui a décerné la Médaille présidentielle de la liberté – la plus haute distinction civile du pays.

Ce récit met en lumière la dynamique humaine, presque familiale, entre Obama et Biden. En mettant l’accent sur leurs interactions personnelles régulières, la confiance mutuelle et la loyauté qu’ils ont cultivées et le geste final poignant de la Médaille de la Liberté, le passage dresse un portrait saisissant d’une véritable amitié et d’un partenariat qui a transcendé les limites de leurs rôles professionnels.Les lecteurs sont invités à comprendre les liens personnels et les ententes tacites qui se sont développées entre les deux dirigeants au cours de leurs huit années passées ensemble à la Maison Blanche. Cette focalisation sur l’élément humain humanise leur relation, nous rappelant que même les alliances politiques les plus importantes sont fondamentalement ancrées dans de véritables liens et engagements humains.

Il réclame de la glace

« Je ne bois pas. Je ne fume pas. Mais je mange beaucoup de glace », a plaisanté Biden en 2016, soulignant son affinité bien documentée pour la friandise glacée. En avril 2020, des informations ont révélé que sa campagne présidentielle avait même dépensé 10 000 dollars en glaces – bien qu’il s’agisse de cadeaux destinés aux donateurs de la campagne.Cette obsession ludique pour la crème glacée était pleinement visible lors de la Convention nationale démocrate de 2020. Dans une vidéo préenregistrée, plusieurs des sept petits-enfants de Biden ont décrit en plaisantant sa profonde dévotion pour le dessert glacé. « Il mange toujours de la glace », ont-ils dit, taquinant qu’il avait caché les pintes de chocolat et de vanille de Breyer « pour que grand-mère ne les voie pas ».

Après que Biden ait obtenu l’investiture démocrate, sa petite-fille aînée Naomi s’est rendue sur les réseaux sociaux pour partager un geste doux : ils lui avaient offert une pinte de glace, avec une note disant: « Pop, tu la manges directement du carton ce soir. « Ces anecdotes dressent un portrait chaleureux et attachant de Biden, fier père de famille et gourmand sans vergogne. Les côtes ludiques et le cadeau attentionné de ses petits-enfants transmettent un sentiment d’intimité et d’affection authentiques, humanisant l’homme d’État plus âgé. En soulignant le simple plaisir de Biden à savourer une glace, les passages invitent les lecteurs à sympathiser avec sa personnalité réaliste et terre-à-terre – un contraste bienvenu avec la formalité souvent associée à la politique de haut niveau. Ces détails personnels rendent Biden plus accessible et l’humanisent au-delà de son rôle public.

Son film préféré est Les Chariots de Feu.

En 2008, le président a déclaré à Katie Couric que son film préféré était le drame sportif historique britannique de 1981 «Les Chariots de Feu». « Le problème, c’est qu’il existe un endroit où quelqu’un fait passer sa célébrité et sa renommée avant ses principes », a-t-il fait remarquer. « Pour moi, c’est un signe de véritable héroïsme quand quelqu’un fait ça. »Joe Biden a poursuivi en notant que l’une de ses scènes préférées dans le film est celle où l’un des principaux coureurs refuse de participer à une course dominicale en raison de ses convictions religieuses. Cela a profondément touché le fervent catholique, qui admirait clairement la volonté des personnages de sacrifier leur gloire personnelle au nom de leurs principes.Cette anecdote offre une fenêtre sur le monde intérieur de Biden et les valeurs qui l’ont façonné.

En soulignant son appréciation pour un film qui explore les thèmes de la foi, de l’intégrité et de l’altruisme, le passage humanise l’homme politique, le révélant comme un homme nuancé et profond qui est ému par des œuvres artistiques aux prises avec des dilemmes moraux complexes.L’analyse réfléchie par Biden des thèmes du film et son identification avec l’acte de conscience du protagoniste ajoutent une couche d’authenticité personnelle. Ces détails dressent le portrait d’un individu intellectuellement et émotionnellement engagé dans la condition humaine, et non d’un simple opérateur politique calculateur. Les lecteurs sont invités à comprendre le point de vue de Biden et à apprécier l’importance personnelle qu’il attache à cette œuvre cinématographique.En soulignant l’appréciation sincère de Biden pour les « Chariots de feu », le passage l’humanise, permettant un aperçu de sa vie intérieure et des idéaux qui ont guidé ses propres actions au cours de sa longue carrière dans la fonction publique.

FAQ
Quel est le film préféré de Joe Biden?
Combien la campagne présidentielle de Biden de 2020 a-t-elle dépensé en glaces?
Comment les petits-enfants de Biden ont-ils décrit son amour pour la glace?
Notation
Joe Biden
Ajouter un commentaire