« L’administration Biden a limité la capacité des immigrants sans papiers en provenance du Mexique à demander l’asile. »

Nouvelles

Le président américain Joe Biden a annoncé la signature d’un décret visant à réduire le nombre de migrants en provenance du Mexique, qui a atteint des niveaux records ces dernières années.

L’administration Biden a annoncé que les personnes ayant franchi illégalement la frontière américaine se verraient refuser la possibilité de demander l’asile aux États-Unis. Mais cette mesure ne sera en vigueur que tant que la frontière sud restera « débordée », comme l’a affirmé le président.L’administration Biden fait valoir que cette nouvelle restriction permettra aux agents de l’immigration d’expulser plus facilement les personnes qui se trouvent illégalement dans le pays. »Cela permettra au ministère de la Justice de statuer plus rapidement sur les affaires, et au ministère de la Sécurité intérieure d’expulser plus rapidement ceux qui n’ont pas de base légale pour rester aux États-Unis », a déclaré l’administration dans un communiqué.

La frontière entre les États-Unis et le Mexique a vu un nombre record de migrants tenter de la traverser. La crise a été imputée au président Biden.La Maison Blanche n’a pas fourni de chiffres précis, mais selon une source administrative anonyme citée par Reuters, les restrictions seront mises en œuvre si plus de 2 500 personnes sont appréhendées à la frontière par jour pendant une semaine. Les mesures seront levées une fois que le nombre d’arrestations quotidiennes tombera en dessous de 1 500.Dans l’ensemble, l’administration Biden cherche à résoudre la crise de l’immigration actuelle à la frontière sud grâce à cette nouvelle politique de restriction des demandes d’asile pour ceux qui sont entrés illégalement dans le pays.

Biden.La Maison Blanche n'a

Les représentants de la Maison Blanche assurent que la restriction sera temporaire. Une fois que le nombre de migrants traversant la frontière reviendra à un niveau sûr et gérable, celle-ci sera levée. »Les mesures prendront effet lorsque les niveaux élevés de migration à la frontière sud dépasseront notre capacité à agir en temps opportun, comme c’est le cas aujourd’hui », explique le communiqué de la Maison Blanche.L’année dernière, les taux officiels de migration en provenance du sud ont légèrement diminué, mais les experts sont convaincus que cette tendance émergente ne durera pas longtemps.L’immigration est une question clé pour les électeurs à l’approche de l’élection présidentielle de novembre, c’est pourquoi les démocrates et les républicains tentent de marquer des points politiques supplémentaires sur cette question sans s’aliéner les électeurs hispaniques.

Trump a réagi à la décision de Biden avant même son annonce

Cette décision de Biden n’a surpris personne. C’était prévu depuis un certain temps, et la semaine dernière, certains détails avaient déjà commencé à émerger.Il n’est donc pas surprenant que l’équipe de campagne de Trump ait commenté le décret avant même son annonce officielle.Mardi matin, la porte-parole de la campagne Caroline Leavitt a publié une déclaration en six phrases. Il a affirmé que l’ordre était «destiné à l’amnistie, et non à la sécurité des frontières».Le communiqué accuse l’administration Biden de vouloir libérer le plus rapidement possible les migrants détenus et de « donner le feu vert » aux trafiquants d’êtres humains. Il affirme que Biden ne veut pas véritablement sécuriser la frontière parce qu’il est « redevable aux démocrates de gauche radicale».

Une grande partie de la déclaration

Une grande partie de la déclaration visait les migrants sans papiers eux-mêmes, les présentant comme des criminels. C’est un thème récurrent dans les campagnes présidentielles de Trump.C’est la deuxième fois cette année que Trump et Biden s’affrontent sur la question de l’immigration clandestine.Plus tôt cette année, Trump a contribué à faire dérailler un projet de loi du Congrès proposant des réformes de l’immigration défendues par Biden, les démocrates et certains républicains. Trump a ensuite déclaré que « seul un idiot » voterait pour son adoption.Joe Biden a fait valoir que l’ancien président avait fait pression sur les législateurs pour qu’ils rejettent le projet de loi parce que « Donald Trump pense que c’est mauvais pour lui politiquement ».Dans l’ensemble, la réponse de la campagne Trump met en évidence la politisation de la question de l’immigration et les tensions persistantes entre les deux camps présidentiels sur ce sujet sensible.

Quelle déclaration reflète le mieux votre point de vue sur la politique d’immigration de l’administration Biden?
Les mesures visent l’amnistie et non la sécurité des frontières.
0%
Ces mesures constituent une réponse temporaire aux niveaux élevés de migration à la frontière sud.
0%
Voted: 0

Notez cet article
Joe Biden
Ajouter un commentaire